lien vers l'accueil
Laetitia Bloud conte le merveilleux, le fantastique, l’étrange et parle de celui qui s’en sort.
 
Où conte-elle ?

Festivals, bibliothèques, radios, musées, maisons d’arrêt, maison de retraites, foyers de jeunes placés (PJJ), hôpitaux, crèches, établissements scolaires, associations, à domicile, chez son coiffeur mais aussi dans la rue et les restaurants avec le collectif « Contes à Croquer » (16 conteurs).

 

laetitia bloud 1974

Petite, on la disait « bavarde » à l’école comme en famille. C’est pour ses cousines qu’elle inventait des histoires. Adolescente, elle conte aux veillées de Régine Riéfolo.
Ses études de droit l’éloignent de la Compagnie du souffle, troupe de théâtre fondée entre amis lycéens.

En 2000, elle retrouve le plaisir de raconter des récits de vie, en plaidant trois ans au Barreau de Paris. Finaliste du concours d’éloquence du Barreau, elle continue à organiser des rencontres de conteurs et fréquente les scènes slam. A partir de 2003, elle se consacre au Conte, affinant sa pratique auprès de Michel Hindenoch. Jusqu’ici chanteuse de salle de bains, la rencontre avec le chanteur Haim Isaac lui permet de découvrir sa voix avec jubilation.

2003 : création de « Ogboinba » trio pour conteuse, danseuse et percussionniste (tout public).

 


Contant régulièrement depuis 2003 en Maisons d’arrêt (Bois d’Arcy, Osny, Villepinte), Pepito Mateo l’invite en 2004 à rejoindre son « Labo », à la Maison du Conte de Chevilly-Larue, pour une réflexion en groupe sur l’enfermement et un collectage à la prison de Fresnes. Ce travail aboutit au spectacle « Parloir » du conteur.

En 2005, création de « 1, 2, 3… nous irons au bois » (3-6 ans) et de « Lucien et l’œil du cyclope » (tout public).

Toujours en 2005, elle commence un travail auprès des tout-petits en contant deux fois par mois dans une crèche de Montreuil (93). Cette expérience se concrétisera, en 2006, par la création de « Il pleut ! Il mouille ! » (6 mois-3 ans).

En 2006, Laetitia participe à la résidence de Praline Gay-Para, comme assistante, pour un collectage, sur le quartier des Sorbiers de Chevilly-Larue, en préparation à sa création « Caravane ».

En 2007, elle rejoint le « Labo » de la Maison du Conte de Chevilly-Larue, sous la direction du conteur Abbi Patrix. Dans ce groupe de travail, les 12 conteurs explorent de nouvelles façons de raconter, inventent, jouent, cherchent, se découvrent...

(Photos: Bibata Roimba, Guillaume Alix et Laetitia Bloud)

En février 2007, dans le cadre d’un hommage au conteur Mamadou Diallo à Hann (banlieue de Dakar, Sénégal), elle conte dans des écoles primaires et maternelles.

Toujours en 2007, une nouvelle série d’ateliers et de collectage auprès de détenus de Fresnes est lancée par la Maison du Conte (« La parole voyageuse »). Laetitia Bloud ainsi que Jacques Combe, Valérie Briffod rapportent leur expérience, et les histoires collectées lors des ateliers, en direct sur Radio Aligre (FM 93.1), dans une chronique de Marien Tillet (« des fenêtres au Barreau »). Un CD est édité par la Maison du Conte et distribué aux détenus participants.

puce Retrouvez des extraits de cette émission dans la rubrique « sur mesure / en prison ».

En 2008 : Elle poursuit son expérience au « Labo » sous la direction de Pepito Mateo.

En 2009 : Participation au projet petite enfance de Chevilly-Larue (« des histoires sur le bout des doigts »), aux côtés de Florence Desnouveaux et Praline Gay-Para en partenariat avec la Maison du Conte.
Toujours en 2009 : Aux côtés de Pepito Mateo et de quatre autres conteurs du Labo, Laetitia entame le projet « Impressions » consistant en une création à la suite d’un collectage auprès des ouvriers de l'ancienne usine de papiers peints Leroy à St Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne). Ce travail aboutira à une création au printemps 2011.

Janvier 2010, Naissance de sa fille. Laetitia partage son temps entre la France, le Sénégal… et la vie de famille.

Avril 2010, Laetitia participe à l’organisation de la première édition du festival « les journées du Conte à Hann » (Dakar) destiné à revaloriser le conte et cette tradition orale africaine. Elle conte à l’Institut français Léopold Sedar Senghor de Dakar. Elle partage toujours son temps entre la France et le Sénégal.

Janvier 2011, Laetitia promène toujours sa famille entre France et Sénégal et part en tournée du spectacle « Impressions » en compagnie de Pepito Mateo, Guillaume Alix, Fred Pougeard et Nathalie Loizeau : du théâtre 13 à Paris, à la Maison du Conte de Chevilly-Larue, en passant par la Normandie et le Lot-et-Garonne.

L’année est aussi rythmée par des résidences de création d’un nouveau spectacle intitulé « Lune & l’autre » en duo avec Nathalie Loizeau qui se poursuivent en 2012 , pour une création au mois d’avril, dans le cadre du festival de la Rochelle  « Au fil des contes ».

2012, Laetitia rejoint le groupe de travail de Gilles Bizouerne au conservatoire du 12è arrdt de Paris pour travailler sur un projet de spectacle, initié en 2003, par un collectage auprès d’anciens pêcheurs terre-neuvas et dont le sujet touche l’histoire du naufrage de son papy en 1938 entre Fécamp et St Pierre-et-Micquelon.

Après un long congé maternité pour accueillir ses jumeaux, Laetitia revient en juin 2013 avec, en perspective, la poursuite de sa création récit de vie en compagnie de l’accordéoniste et comédienne Amélie Dénarié et d’une autre création tout public avec « un type qui tape » : Olivier Lerat, percussionniste et multi-instrumentiste de talent !

 

retour en haut de la page